Le Refuge des Gourmets à Machilly

De passage du côté du Lac Léman, nous faisons halte au village de Machilly pour découvrir le Refuge des Gourmets. Le restaurant fut ouvert en 1989 par Florence et Jean-Marie Chanove et fête ses trente ans cette année – joyeux anniversaire ! En 2014, le fils Hubert arrive en cuisine aux côtés de son père, et deux ans plus tard, ils gagnent ensemble leur première étoile au guide Michelin. Aujourd’hui, Hubert Chanove dirige seul la cuisine de l’établissement.

Un bel endroit du sol au plafond. Et dans l'assiette !

Nous voilà donc à la découverte d’une cuisine familiale et étoilée. L’entrée est cosy, l’accueil gentil, on n’a pas réservé mais la réceptionniste nous installe quand même. On a un peu honte d’arriver en jean dans un restaurant étoilé, mais finalement l’ambiance est décontractée et nous sommes vites mis à l’aise par l’équipe. La salle est superbe, la décoration soignée, et on ne peut s’empêcher d’admirer le magnifique plafond Belle Epoque. Enfin… on le lâche des yeux quand arrivent les assiettes ! Parce qu’on n’ose même pas commencer à manger. Les plats sont colorés et fleuris – oui, fleuris, et c’est aussi beau que bon. La cuisine est de saison et une nouvelle saveur semble se dévoiler à chaque bouchée.

Nos papilles sont ravies d’un menu en huit partitions, qui nous sont présentées au service. On ne sait pas ce qu’on va manger, on nous a juste demandé s’il y a des choses que nous ne mangeons pas. Je ne sais pas ce que je vais manger, et j’adore ! Les assiettes arrivent les unes après les autres et nous réservent surprise après surprise. On aura noté un grand coup de cœur pour l’entrée, un maquereau enveloppé de betterave et à la framboise ; pour le rouget pané à la polenta et accompagné de chanterelles ; et pour l’incroyable et très surprenante mousse d’abondance à la noisette et au miel, et parsemée de fleurs. Quand on vous dit que c’était beau ! Le dessert également nous surprend avec son potimarron confit servit avec une glace au foin. Oui oui, au foin !

Bilan critique du restaurant

On arrive au bout de nos capacités stomacales, c’était délicieux et servi avec une grande justesse de proportions, on a l’impression d’avoir soigné notre corps. On n’en a félicité le chef, sorti de sa cuisine en fin de repas. La famille nous invite à visiter – c’est impressionnant. On apprend qu’ils sont six en cuisine, qui se sont démenés pour nous préparer le repas. Là encore une superbe surprise : on imagine sans peine l’émulsion qui a été produite en cuisine pendant plusieurs heures, et pourtant on a mangé au calme, pas un bruit n’a filtré de la cuisine voisine pendant le repas, comme si les assiettes étaient sorties de la cuisine par magie.

On a bien noté le Dîner de chefs le 8 novembre, pour lequel Hubert a invité Benoît Vidal, chef de l’Atelier d’Edmond à Val d’Isère (2*) et Aurélien Véquaud, chef de la Passagère à Juan-les-Pins (1*). Dommage, on ne sera pas disponibles, mais on prend plaisir à partager l’information :

https://www.refugedesgourmets.com/blog-detail.php?ref=decouvrez_le_programme_de_notre_30eme

À noter également, l’agréable surprise de trouver des menus entrée-plat-dessert à partir de 38€, qui permettent à tous de toucher aux étoiles.

Leave a reply