12 Hommes en Colère au Théâtre Hébertot

Est-il toujours nécessaire de présenter cette pièce de Reginald Rose ? Peut-être qu'une courte introduction reste intéressante pour revenir sur ce qui a donné un chef d'oeuvre du cinéma des années 50 !

Le dramaturge et écrivain Reginald Rose écrit en 1954 une pièce titrée Twelve Angry Men. Très porté sur la controverse et le débat, il n'hésite pas à s'attaquer au racisme, à la condition sociale et aux différences marquant les Etats-Unies des fifties. Dans la foulée, en 1957, Sidney Lumet enrôle Henry Fonda dans une adaptation cinématographique poignante ! Nommé aux Oscars la même année, il ne repartira pas avec une statuette. Cependant, c'est en Allemagne que le film est couronné d'un Ours d'Or lors de la Berlinade de 1957.

Le cinéma a su mettre à l'honneur cette pièce maintenant internationalement connue. Qu'en est-il donc de revenir aux fondamentaux du théâtre ?

Environ 60 ans plus tard, le monde a changé, la France et les Etats-Unis aussi. Que donne cette pièce en 2017 ? Peut-on la moderniser ?

L'intrigue

Etats-Unis. 12 hommes, au cours de la délibération d’un procès, ont la responsabilité de juger un jeune homme accusé de parricide. Si pour 11 d’entre eux sa culpabilité est évidente, un juré va émettre des doutes. Or il faut l’unanimité pour prononcer un verdict. Une vie est entre leurs mains. C’est l’acquittement ou la chaise électrique.

12 Homme en Colère en 2017...

Fracture sociale, racisme, malgré les gigantesques avancées que le monde occidental a connu depuis les années 50 (peu glorieuses à ces sujets), il est triste de voir que rien n'est perdu dans le discours. Le spectateur ne perd rien du fond des problèmes soulevés sur l'environnement, le milieu social et la famille du jeune homme.

On notera que le jeune qui était "noir américain" dans le film, devient un "jeune homme" sans autre distinction. Un effort d'adaptation intéressant qui permet d'oublier un peu le racisme pour se focaliser sur les problèmes sociaux.

Alors ? Modernisation ? Le texte semble intemporel en 2017, avec cependant un nouvel effort de traduction. Finalement, lors que 12 hommes aux tempéraments très variés discutent d'éducation, de société, du maniement de couteau, de météo, de famille, on oubli très vite que la pièce a été écrite dans les années 50.

...mais visuellement ancré dans le passé !

Ce qui est étonnant est que visuellement, la pièce de théâtre semble se dérouler dans le passé. Le texte ne semble plus une limite à être joué dans un environnement de 2017, mais les tons gris, les costumes larges presque d'époque, font qu'on s'imagine plus il y a quelques dizaines d'années en arrière qu'à ce jour.

12-HOMMES-EN-COLERE

Dommage, il aurait été superbement intéressant de casser les codes, de créer un jury moderne, voire même d'inclure des femmes dans la pièce (si les dialogues le permettent).

Pour autant, le tout n'en perd pas de saveur. Les douze comédiens se déplacent avec aisance sur une scène finalement assez étroite pour un si grand nombre de personnes toujours en situation. La scène dépouillée force aussi de se concentrer sur ces personnages parfois hauts en couleurs.

Avec le recul, on rit de dialogues ou situations pas franchement drôles, on apprécie la logique du doute qui s'installe progressivement dans le groupe. Chacun des comédiens personnifie à la perfection ces hommes issus de différentes situations et qui doivent donner un verdict si important. Dans la bande, il n'y a pas de mauvais comédien. Mention spéciale au plus âgé et au deux plus jeunes !

Finalement, durant 1h20, jamais on ne s'ennuie, alors qu'on connait quasiment tous déjà la fin 😉

Où voir la pièce ?

C'est au Théâtre Hébertot, 78 bis boulevard des Batignolles

Jusqu’au 7 janvier 2018

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :