Retour sur le concert Press Start - Symphony of Games

Ce samedi 11 avril 2015, à la Maison de la Mutualité, a eu lieu la toute première édition de Press Start - Symphony of Games.

Qu'est-est-ce donc ?

C'est tout simplement un concert de musique classique mettant à l'honneur les meilleures musiques de jeux vidéos japonais.

Au programme ? 

Super Smash Bros. : avec les thèmes de Super Donkey Kong, Super Metroid, Kid Icarus, Animal Crossing et Pokemon X.Y.
Chrono Trigger / Chrono Cross : 9 morceaux de ces deux bandes originales qui ont rendu Yasunori Mitsuda célèbre, dont “Reminiscence”, “Yokan”, “Frog no thema”, “Epilogue ~ shitashiki nakama e” ou encore “Itetsuita honō”.
Kingdom Hearts : 4 morceaux dont les magnifiques “Hikari” et “Dearly beloved”.
Professeur Layton : le classique thème principal “Layton kyōju no thema” mais aussi “Nazo”, le thème des énigmes.
Final Fantasy : avec les classiques “Zarnakand” et “Main Theme”.
Xenogears : Un autre classique de Yasunori Mitsuda, avec “Guren no kishi”, “kaikon to yasuragi no ori nite” et “hishō”.
Super Mario Bros. : une compilation des classiques “Ground BGM”, “Swimming BGM”, “Underground BGM” et “Game Over” !
Castlevania : une visite des meilleurs épisodes de la saga avec 12 thèmes dont “Prologue”, “Vampire Killer”, “A requiem" et "Starker”.
Super Mario Galaxy : avec les désormais cultes thèmes d’”Overture”, “Egg Planet”, “Wind Garden” et “Chico”.
Famicom/NES Medley : Metal Gear, Legend of Zelda, The adventure of Link, Yie Ar Kung-Fu, etc...
Puzzle Game Medley : un medley de thèmes aussi addictifs que les jeux dont ils sont issus avec entre autre Tetris, Puyo Puyo, Columns ou encore Dr Mario !
Classical Medley : un medley composé de morceaux d’oeuvres classiques traditionnelles ayant été utilisées dans le jeu vidéo....

 

Bref, une sacré liste de musiques de jeux cultes qui ont a été jouée par un orchestre symphonique constitué d'une cinquantaine de musiciens.

press-start-symphony_of_games_2015_live

Et cela donne quoi ?

Il faut savoir que de nombreuses musiques de jeux vidéos ont été composées sur de simples synthétiseurs ou avec très peu d'instruments (piano, basse, guitare, batterie). Pour les plus anciennes musiques, c'était parfois lié aux simples limites techniques. Par exemple, le chipset audio de la Fanicom ne permettait de sortir que trois sons en même temps. Il a donc fallu réorchestrer la quasi intégralité des musiques présentées afin de les jouer à cinquante instruments !

Le résultat est surprenant, parfois amusant. D'autant plus que la mise en scène de cette soirée donnait une approche moderne du concert classique en essayant de dynamiser les séquences de musiques en alternant entre interviews et surprises. A mon goût, nous avons eu trop de coupures, j'aurais presque préféré une réelle masterclass durant ou avant l'entracte.

Car l'avantage majeur de cette soirée a été de pouvoir rencontrer de très grands compositeurs : Nobuo Uematsu, Yasunori Mitsuda et Yoko Shimomura. Une grande chance, donc, tout de même de pouvoir rencontrer ces musiciens et d'écouter leurs anecdotes. Nobuo Uematsu, le John Williams japonais du jeu vidéo, a d'ailleurs eu droit à une standing ovation. Ils sont revenus plusieurs fois sur scène afin de raconter l'histoire de telle ou telle musique.

La programmation a alterné entre partitions complètes et medleys. Celui de la Fanicom était très sympa et hyper maîtrisé. En revanche, l'essai de medley des musiques classiques utilisés dans les jeux vidéos donnait une impression d'orchestration très bizarre de part une batterie ultra présente écrasant le reste.

Je pense que le public s'attendait à voir des extraits de jeux ou des images diffusées pour chacun des morceaux choisis. Finalement, le concert a été mis en mouvement par un jeu de lumières des plus efficaces, permettant de poser une ambiance pertinente. Vert pour Zelda, rouge et bleu pour Mario, multicolor pour les puzzle game. Ce choix m'a permis de m’en remettre à ma propre imagination et de plonger dans des souvenirs d'adolescence...

Un concert plein de nostalgie !

L'expérience sera-t-elle renouvelée l'année prochaine ? Pour patienter, il reste toujours Pegasus Symphony : le concert symphonique des Chevaliers du Zodiaque qui revient avec projections vidéo sur écran géant le 9 avril 2016 au Palais des Congrès de Paris !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :