Casque Jays q-Seven Wireless, le test

Difficile aujourd’hui de sortir un casque nomade sans une fonction de réduction de bruit active (ou ANC pour Active Noice Control). Jays, la marque suédoise, ne déroge pas à la règle avec le nouveau casque over-ear (qui recouvre donc vos oreilles) q-Seven que nous allons tester dans les prochaines lignes !

Le design suédois frappe fort - à nouveau

q-Seven-boite

Comme à son habitude, Jays frappe très fort au niveau du design et du packaging (souvenez-vous de ses enceintes s-Go bluetooth). Parlons du second tout d’abord. Complet, on y retrouve dans un super emballage le casque (forcément), son câble USB, son câble mini-jack pour le raccorder en filaire au nécessaire, et une housse élégante pour l’emporter en balade.

On pourrait faire la fine bouche en disant que la housse ne protègera pas le casque des chocs.

Niveau design, le casque est sobre, élégant, en un mot : classe. On ressent ici le sens de l’esthétisme nordique, les lignes épurées. L’arceau en simili-cuir est tout aussi confortable que les coussinets qui englobent bien l’oreille. Son poids raisonnable (215g) permet de l’oublier facilement une fois sur la tête.

Jays_q-Seven-Wireless_face

Au niveau des contrôles, on reste également simple. Ils sont 4 boutons : 3 positionnés sur l’oreilles droite pour allumer/éteindre le casque/gérer l’appairage Bluetooth, deux boutons liés pour le contrôle du volume. Côté gauche, un seul bouton pour activer/désactiver la réduction active de bruit.

On regrettera que parfois les retours sonores des actions des boutons ne sont pas immédiates, et certains boutons se montrent parfois un peu capricieux. Dommage car ils tombent bien sous la main, on aurait apprécié une réaction au doigt et à l’oeil. Peut-être une correction à venir dans un prochain firmware ?

Jays_q-Seven-Wireless

Les fonctionnalités du casque q-Seven Wireless

Le q-Seven se positionne comme un casque classique en terme de features. Il se connectera par Bluetooth 5.0 à vos divers devices, est doté d’un micro afin de passer des appels ou échanger avec votre assistant électronique favori (Siri ou Google Assistant, pas d’Alexa ici). On apprécie la présence (optionnelle) du mini-jack, qui permettra de se connecter à un player mobile, et d’économiser un peu de batterie au besoin.

Jays-q-Seven-Wireless_porte

Concernant la batterie, elle est annoncée pour 20h de fonctionnement avec l’ANC d’actif. Nous n’avons pas testé sur la longueur, cependant le casque a très bien supporté 2 voyages en train de 4h (donc 8h) sans passer par la case recharge. Recharge rapide d’ailleurs, en 2h de connexion avec un câble micro-USB (oui, pas encore d’USB-C), vous repartez avec le plein !

Côté ANC, si l’action est efficace, on parlera plutôt d’atténuation des bruits que de suppression. On est pas au niveau des leaders du marché comme les Bose QC35-II / 700, Sony WH-1000XM3 ou même des AirPods Pro d’Apple. En même temps, nous sommes également quasiment deux fois moins cher que ces concurrents ! On est donc isolé des sons (essentiellement graves, type roulement de train, réacteur d’avion, roulage de métro…), ce qui permet de mieux se focuser sur la musique. Musique d’ailleurs où le rendu de souffre pas de la mise en place de la réduction de bruit !

Test de la qualité sonore du Jays q-Seven

Jays-q-Seven-Wireless_mains

Comme à notre habitude, nous avons testé le casque connecté sur un iPhone 11sur des sources FLAC 16 bits / 44.1 kHz sur Qobuz.

J.S Ondara - Tales of America - Torch Song : Tout de suite, la marque Jays est identifiable par ce bon rendu des mediums, qui fait part belle à la voix. Les aigus sont un peu perçants. Les basses surprennent, si elles sont bien enrobées, elles donnent l’impression d'être en décalage avec le reste de la musique.

Ashley Henry - Beautiful Vinyl Hunter - Between the Line : Sans surprise, le casque nous offre un beau rendu du mix (qui est très propre à la base). On a encore cette sensation des basses qui évoluent dans un univers différent des autres fréquences, tout en étant vraiment bien rendues.

Joey Alexander - Countdown - City Lights : Toujours très plaisant à écouter, on apprécie le bon découpage des instruments, tous indépendamment bien rendus. On sent le casque confortable sur ce type de musique, il évolue dans son monde sur du jazz de la sorte !

Steven Wilson - Home Invasion (live) - Pariah : Malgré l’excellent mix de ce live (que l’on ne peut que vous recommander), on sent que le casque peine à rendre parfaitement la complexité de l’univers de Steven Wilson. Le rendu est bon, mais sans nous transporter au niveau possible sur la chanson. On chipote oui, mais c’est le prix de l’exigence, et on ne peut que tirer notre chapeau tout de même à la qualité du rendu sur cette gamme de prix.

Mono Inc. - Welcome to Hell - Welcome to Hell : On apprécie ici la puissance des basses qui s’affirment (peut-être un peu trop parfois). Elles se montrent vraiment très accrocheuses, offrant un côté très punchy qui est très appréciable sur du metal. On est clairement pas sur un casque de musiques urbaines !

En conclusion, ce Jays q-Seven est un très bon casque sur sa gamme de prix aux alentours de 150€. Il offre une bonne qualité musicale avec une réduction de bruit active honnête sur un prix tout à fait raisonnable. Et quel look ! Petit bémol cependant sur les contrôles parfois un peu capricieux, qui, on l’espère, seront corrigés dans une prochaine version du firmware !

Leave a reply