Test du casque Skullcandy Grind

Le Skullcandy Grind se veut une sorte de retour aux sources, un produit conçu pour être solide, simple, mais offrant le principal : du bon son. Pour une marque à l'image essentiellement urbaine, le challenge est donc important. Qu'en est-il alors ?

Une conception robuste et appréciable

skullcandy_grindLa première chose qui frappe avec le Skullcandy Grind, c'est sa conception. L'arceau 100% métallique est un signe de robustesse et durabilité (combien de casque à l'arceau en plastique ont rompus par le passé ?) et le casque tient bien sur la tête une fois posé.

Le casque est de conception supra-aural (il vient se poser sur les oreilles et ne les englobe pas) et ses coussinets en simili cuir sont assez confortable pour un port d'une durée moyenne (compter 2h maximum avant de ressentir une certaine fatigue). Ces derniers ne respirent pas forcément la durabilité, et il est plus que possible que la matière se craquèle assez vite. Heureusement, ces derniers sont amovibles et peuvent être changés.

Le câble jack épais semble plutôt taillé pour durer, et le fait qu'il soit amovible est positif quant à l'avenir du casque aussi.

Au niveau couleurs, il y a l’embarras du choix ! Entre les classiques blanc et noir, vous y trouverez une palette de styles originaux et urbains. On aime ou on aime pas, mais on ne peut pas dire que ce n'est pas dans l'ADN de la marque.

Des fonctionnalités simples

Les fonctionnalités du Skullcandy Grind sont très limitées : écouter de la musique et prendre des appels. Pour ces derniers, tout se passe par un seul bouton posé sur l'oreille gauche permettant de prendre ou arrêter un appel. Le micro placé dans la même oreillette fait le job et permet de tenir une conversation sans soucis.

Ce même bouton peut aussi de manière classique en un clic arrêter la chanson en cours, passer à la chanson suivante (deux clics) ou la précédente (trois clic).

Un son de bonne qualité, malgré une isolation en berne

IMG_0075Commençons par ce qui fâche, l'isolation du casque. Autant y aller de but en blanc, ce dernier ne vous isole pas du tout du monde, et au contraire, vous pourrez facilement tout savoir de votre voisin de siège dans le métro...ainsi que les aléas des rails du même métro.

C'est vraiment dommage, car le son proposé par ce Grind est de très bonne facture. Le son est plutôt bien équilibré, avec un léger boost sur les basses qui arrive à les rendre flatteuses sans qu'elles n'écrasent le reste. Les aigus sont pointus, et seuls les mediums semblent parfois un peu étouffés, mais restent audibles sans soucis. Pas de saturation non plus à signaler. On pourrait chipoter en signalant un léger manque de précision, mais sur cette gamme de prix, on ne va pas non plus se plaindre.

En conclusion, le Skullcandy Grind est un casque simple, accessible et allant à l'essentiel : De la robustesse et un son flatteur. Son seul défaut est ce gros soucis d'isolation qui gâche le plaisir d'un son de qualité en situation nomade...

Leave a reply