What's Going On, le revival Soul et R'n'B de la Motown à la Cigale

whats_going_onCe 15 juin 2017 à la Cigale à Paris, l’ambiance était chaude dans un revival live des maisons de disque mythiques que sont la Motown et Stax. Mis sur pieds par Loïc Pontieux (batteur ayant travaillé avec Claude Nougaro, Roger Hodgson, Tina Arena, Phil Collins, Eric Legnini, Mylène Farmer…) et Vincent Bidal (pianiste tournant dans tous les grands clubs de jazz français), What’s Going On est inspiré du spectacle de Gary Jules et nous fait revivre les grands moments de la soul américaine.

Nombreux artistes Soul !

Sur la scène, nous n’avions pas moins de 16 artistes autour de Loïc et Vincent : 5 chanteurs, une section de cuivres, 2 guitares, 2 batteries, 3 choeurs, basse… afin de faire danser la foule de la salle parisienne. Les chanteurs et chanteuses se passaient donc le relais autour de grands mythes tels que Ain't No Mountain High Enough (jouée historiquement par The Temptations, The Supremes, Marvin Gaye et Diana Ross), My Baby Love (The Supremes), évidemment What’s Going On et I Heard It Through the Grapevine de Marvin Gaye, Lady Marmelade de Patti LaBelle, I Want You Back des Jackson 5 ou encore Sex Machine de James Brown.

Voyage temporel et musical

what_s_going_on_1L’ambiance débutant calmement s’est donc très vite réchauffée aux rythmes de ces chansons mythiques et de la passion dont témoignait l’orchestre autour de ces dernières, tous semblant réellement investis dans cette musique et ce show. Entre deux chansons, les chanteurs nous partageaient un bout de l'histoire de la Motown, cette maison de disque désormais mythique créé par Berry Gordy en 1959 à Detroit. Motown qui avait pour but de séduire à la fois un public noir et le grand public blanc autour de ces hymnes de R'n'B (à l'époque où l'on l'appelait encore Rythm and Blues) et de Soul. Un voyage temporel et musical, mais aussi culturel et festif et l'on pouvait voir le public (même du balcon) se déhancher aux rythme d'un Respect d'Aretha Franklin ou de I'm a Soulman de James Brown joué en rappel.

Une belle soirée donc, et un magnifique revival de la Motown en cette (chaude) soirée de juin à la Cigale !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :