Cabasse, une histoire d’héritage

Cabasse_Caravelle_logo

Je me souviens de mes débuts dans le monde magique de la hi-fi, et de la première question que m’a posé le vendeur du magasin où je m’étais rendu.

Votre son, vous le préférez dynamique ou analytique ?

Difficile de savoir comme ça, de but en blanc, sans avoir vraiment essayé. Mais l’instinct me disait que j’étais plutôt analytique. Après avoir passé environ 2h à tester la quasi-totalité du magasin en couplage amplificateur & enceintes, je me suis aperçu que mon instinct était le bon.

S’ensuit alors de longues histoires de changements intempestifs de hi-fi afin de pouvoir atteindre LE système, graal de tout audiophile. Et comme tout bon graal, on ne l’atteint jamais vraiment.

Cabasse_Caravelle_logo

Mon histoire avec Cabasse

Durant ce cheminement, je me souviens aller chez mon grand-père et observer avec désir cette paire d’enceintes Cabasse. Désir visible, qui fera dire à mon grand-père « tu ne les récupèrera que sur mon cadavre fumant ».

Je ne reviendrais pas en détail sur l’histoire de la maison (d’autres le font bien mieux que moi, ici ou ). Pour faire simple, la maison a été fondée par George Cabasse, un passionné cherchant la reproduction la plus fidèle du son. Ayant réalisée de nombreuses innovations sur les hauts-parleurs, c’est cette R&D qui a permis de sortir une enceinte comme The Pearl Akoya. Pearl Akoya que nous avons testé dans ces lignes.

Cabasse_THE_PEARL_AKOYA_blanche_mono_salon

Basée à proximité de Brest, la marque a connue une histoire assez mouvementée au début des années 2000 avant son rachat en 2014 par Awox. Awox qui deviendra Cabasse Group en 2020.

Découvrez tous les produits Cabasse sur Cobra ou Son-Vidéo.

Les Caravelles s’installent à la maison

Mais revenons à l’appartement de mon grand-père. Devenu un peu trop dur de la feuille, finalement il reviendra sur ses propos et me proposera de récupérer les enceintes avant le terme initialement proposé (pour ma plus grande joie, vous en conviendrez). Je me suis donc retrouvé heureux propriétaire d’une paire de Cabasse Caravelle (M1 m’apprendra par la suite la visite de nombreux forums et documents d’époque). En état parfait, j’ai pu m’amuser à découvrir qu’elles dataient de mon année de naissance (1985), ce qui n’a pu que m’accrocher un peu plus.

Sauf que passer sur des Caravelle de 1985 en provenance de la hi-fi « moderne », fusse-t’elle analytique, est assez complexe. Pas de base reflex ici ou autre système prévu pour un intérieur contemporain. Et la recommandation de l’époque était de les accompagner d’un filtre actif pour adapter au mieux le rendu en fonction de la pièce d’écoute.

Cabasse_Caravelle_face

Après moult essais pendant quelques années, je n’ai compris que durant le confinement de mars 2020 que ces Cabasse étaient faites pour être très proches d’une paroi. Et c’est en les collant littéralement au mur que je les ai redécouvertes !

Bref, même si comme tout bon amateur de hi-fi, je n’ai pas trouvé mon système graal, je pense m’en approcher chaudement avec ces Caravelles !

The Pearl, le Cabasse des années 2020

J’ai eu l’opportunité de tester récemment dans ces lignes l’enceinte connectée Cabasse The Pearl Akoya. Si les enceintes de la gamme « tout dome » comme mes Caravelle M1 étaient le symbole du Cabasse des années 80, les enceintes connectées comme The Pearl et The Pearl Akoya sont bien parties pour être le symbole des années 2020.

Et ce, à mon sens, pour au moins 3 raisons.

Cabasse_THE_PEARL_AKOYA_akoya_blanche_stereo_4

Design and made in France

Toutes les enceintes Cabasse sortent de l’esprit des ingénieurs de la marque, basés à proximité de Brest. Terres bretonnes (et même brestoises) qui ont vus mes Cabasse Caravelle naître il y a plus de 30 ans.

Et forcément, The Pearl et The Pearl Akoya ne dérogent pas à la règle ! Elles ont donc été issues du même centre de R&D (ou presque) breton que ces petites Caravelles ! Une certaine forme de tradition qui perdure.

La calibration sonore

Par l’application StreamControl, on peut calibrer la Pearl et Pearl Akoya afin qu’elle s’adapte du mieux possible à l’environnement d’écoute. N’était-ce pas également déjà l’ambition de ces petites Caravelles ? Souvenez-vous, elles étaient vendues avec un filtre / compensateur actif qui vous permettait d’adapter au mieux le rendu sonore selon le lieu d’écoute.

Car c’est une variable importante dans le plaisir de la hi-fi qui a été très vite identifiée par George Cabasse. L’importance du lieu d’écoute, et l’adaptation des enceintes à ce dernier.

Désormais l’ajustement des courbes de rendu en fonction de la pièce d’écoute est devenue une habitude (chez Sonos, Denon, Yamaha…). Cependant, le faire chez Cabasse joue sur une corde sensible ici. C’est une fois de plus le prolongement de la tradition de la Maison.

Le son

Car c’est le principal non ?
Le but de Cabasse est de proposer des enceintes qui seraient capables, à l’aveugle, de reproduire le plus fidèlement le jeu d’un orchestre de chambre. Imaginez-vous dans une pièce, deux enceintes, un petit orchestre. Les lumières s’éteignent, et alternativement la musique est jouée par l’orchestre et les enceintes. Et vous ne ressentez pas la différence. C’était l’ambition de George Cabasse, et à mon sens la meilleure définition de la hi-fi, la haute fidélité.

Cabasse_THE_PEARL_AKOYA_conception

Je n’ai jamais fait le test, mais j’aime mes Caravelles pour leur son analytique, quasiment jamais pris à défaut. Alors oui, pour beaucoup de gens en 2020 (et 2010, 2000…), « ça manque de basses ». Comprendre : ces dernières ne sont pas complètement sous stéroïdes et savent s’exprimer justement au niveau du reste du spectre.

Je retrouve cette coloration sonore dans The Pearl Akoya. D’autant plus si on la compare à ses concurrentes directes sur le marché. Il est plaisant de voir que malgré les années, la marque a conservé cet axe de travail, cette signature sonore.

Bref, tout cela pour dire que oui, j’aime le son analytique, et je suis attaché à cette coloration sonore made in Cabasse. Attachement émotionnel familial évident (mon grand-père étant depuis décédé), mais également émotionnel par le plaisir auditif d’entendre la restitution de la musique sur ces enceintes, désormais historiques. Si le graal n’est pas atteint (je peux FORCEMENT faire mieux niveau amplification), on s’en approche.

Relire ici notre test de la Cabasse Pearl Akoya

Acheter la Cabasse The Pearl Akoya chez Cobra ou l’acheter ici chez Son-Video.

N’hésitez pas à commenter vos expériences Cabasse ci-dessous !

Total
8
Shares
6 commentaires
  1. je suis probablement une des personnes qui ont fait partie de cette histoire, de votre histoire,de celle de votre grand père et suis extrêmement ravi et touché de lire votre ressenti sur le lien entre ces Caravelle M1 qui ont également fait partie de mon histoire, de mon education et ces enceintes Akoya, car mes prédécesseurs m’ont transmis des compétences et valeurs que nous nous efforçons de transmettre. J’ai par chance pris part à cette aventure à une époque ou la transmission du savoir était la norme et ait réussi à en profiter et suis ravis de lire que la tradition n’est pas rompue et que la magie persiste. N’ayez crainte pour l’avenir, la transmission du savoir reste la norme.
    Cordialement

    1. Pierre-Yves, ravi de faire votre connaissance (fusse-t’elle virtuelle !).
      Continuez comme cela à nous faire rêver (et voyager) par cette qualité de restitution ! 🙂

    1. Bonjour,
      Cabasse continue d’assembler son très haut de gamme en France.
      Effectivement, les Pearl et Pearl Akoya à ma connaissance sont conçues en France mais assemblées en Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles sur le même sujet