Jour 1 Download Festival Paris 2017 : Linkin Park, Gojira et Blink-182

Jour 1 : Linkin Park, des bières et déboires !

Le très vaste site de la BA 2017

La première journée au Download Festival 2017 est largement dédiée à la découverte d'un nouveau site. La Base Aérienne 217 du Pléssis Paté vers Brétigny-sur-Orge (les étrangers ont du s'arracher les yeux et les cordes vocales pour demander leur chemin 🙂 ), accueille la seconde édition française du festival d'origine britannique.

Le site de l'Hippodrome de Longchamps est donc abandonné pour un espace bien plus vaste, mais un peu plus loin de Paris et des transports. La carte du Download Festival ne donne pas cette impression de grandeur, il faut y être pour s'en rendre compte !

Depuis la gare RER de Brétigny-sur-Orge, il est très simple de se rendre sur le site du festival. En heure de pointe (entre 14h et 17h environ), inutile d'essayer d'emprunter les navettes gratuites, elles sont surchargées et des embouteillages monstres parcourent la ville. Il faut donc nécessairement faire le trajet à pieds... compter 30 bonnes minutes de la gare RER jusque la pelouse verte du festoche ! Ce qui reste raisonnable, d'autant plus que c'est très bien balisé. Au pire, il suffit de suivre les vestes à patchs 😀

Une fois sur site, on se rend vite compte du professionnalisme de Live Nation (l'organisateur) en matière de festival. La sécurité est hyper renforcée, les fouilles importantes et le nombre de représentants des forces de l'ordre en armes est impressionnant. La sécurité générale du site est clairement au niveau.

Entre gadoue et poussière : 4 scènes (+1)

Le premier jour est dominé par l'attente de Linkin Park pour de très nombreux fans ! On ne compte plus les T-Shirt du groupe. Dans l'agréable après-midi de ce vendredi ensoleillé, nous parcourons le festival à la découverte des différentes animations proposées.

La pluie de la nuit précédente et du matin a rendu une partie du terrain assez spongieuse mais des voies de circulation ont été créées. A contrario, la zone en herbe est très sèche ce qui laisse deviner beaucoup de poussière pour le lendemain.

En parcourant le grand et vaste site, on découvre quatre scènes aux styles différents : la MainStage est très grand et bénéficie d'une jolie zone garnie d'herbe. La MainStage 02 est plus petite et laisse aussi moins de place au public car tombe vite dans les zones boueuses du premier jour. Non loin on trouve une petite scène nommée Spitfire Stage qui accueillera de plus petits groupes, puis on termine par la seule scène couverte : Warbird Stage. Ces deux dernières portent des noms "aériens" qui sont rappelés dans la déco du site avec quelques modèles d'avions exposés.

Place aux concerts et aux groupes qui ont marqué ce vendredi de Download Festival 2017 !

Gojira et Dinosaur Jr. : deux styles pour deux ambiances

Les américains de Dinosaur Jr. sont biens connus d'une grande partie du public qui vient écouter d'une oreille bienveillante ce groupe vieillissant. Il faut dire que le titre Feel The Pain est un très joli morceau qui aura énervé une bonne génération de joueurs du jeu Guitar Hero World Tour. Le concert est sympa mais sans plus, cela manque un peu de punch et J Mascis a perdu sa voix. Difficile de suivre les paroles et c'est un peu dommage.

Un peu plus tard, c'est Gojira qui mène la danse ! Probablement le groupe français le plus coté du festival, ils auraient bien mérité un MainStage 01 ! La réputation de ce groupe ne cesse de grimper en France et surtout après l'excellent album Magma. C'est donc devant un public conquis d'avance que le groupe mené par Joe déroule un set puissant et lourd. On était un peut trop loin pour en profiter au maximum lors du Download (on les avait déjà vu l'année dernière au Hellfest), donc on s'est plutôt positionnés pour Blink-182 🙂

Blink-182 et Linkin Park : les années lycées (pour la Redak Oblikon !)

Le feel-good concert du vendredi c'est définitivement Blink-182. Malgré les années qui passent et l'absence de Tom DeLonge, le groupe déroule les titres sans retenue et dans une bonne ambiance. Les trois membres montrent qu'il n'est pas nécessaire n'être plus nombreux sur scène pour sortir un bon show.

Travis Barker continue d'avoir la cote dans la public féminin qui n'hésite pas à hurler son nom 🙂 Ce concert passe extrêmement rapidement au rythme des titres qui rappellent les années de notre Lycée. Une bonne entrée en matière en MainStage 01 pour préparer le public déjà nombreux à l'arrivée de Linkin Park.

Front Row. Enfin, deux ou trois rangées derrière. Nous sommes chauds et prêts pour Linkin Park ! L'ambiance est très chaude, heureusement que le soleil a joué à cache-cache avec les nuages une bonne partie de la journée ! Le concert démarre et le public est en liesse, saute et cela bouge énormément en fosse. Après une bonne trentaine de minutes vers l'avant du public, nous nous éloignons pour reprendre des forces car c'est quand même très fatiguant ces mouvements de foule.

Déboires. Le constat est amer lorsque nous ne trouvons plus nos téléphones portables. Notre soirée, notre concert est gâché par un pickpocket ! Et nous ne sommes pas les seuls ! Sur cette seule journée du vendredi et en particulier sur Blink-182 et Linkin Park, c'est plusieurs centaines de téléphones portables qui ont été volés. La gendarmerie n'aura interpellé qu'une personne en possession d'une quarantaine de portables le soir même. Dommage, les notre n'y sont pas. La grande razzia du vendredi soir par les pickpockets aura gâché le festival de plusieurs centaines de personnes.

Du coup, cet article n'aura aucune photo, nos deux téléphones s'étant volatilisés.

Néanmoins, nous écoutons désormais de loin le set de Linkin Park qui alterne entre les grandes réussites du groupe et les nouveaux titres controversés. L'ensemble manque un peu de cohérence et de rythme mais la qualité est au rendez-vous. Le son est nickel !

Bref, rendez-vous le lendemain à la Gendarmerie puis pour une séance de rattrapage avec SOAD, Slayer et autres !

TagsMetal

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :