Voyager à Rio de Janeiro, c'est dangereux !

rio_de_janeiro_bresil_2017_corcovadoRio de Janeiro est la ville de tous les clichés brésiliens : écoles de samba, favelas, plages magnifiques, capoeira, Corcovado, appartements de luxes, carnaval, volley-ball à Leblon, embouteillages de folie, bronzette sur Copacabana... et j'en passe ! Le touriste a souvent tendance à se forger une image très forte de la ville sans même y avoir encore mis les pieds, en bien, et en moins bien... Car ce mix d'images et d'émotions qui nous arrive par les médias est toujours rapidement altéré par la violence. Cette violence à Rio créé dans l'esprit public une autre représentation mentale : Rio de Janeiro est une ville dangereuse.

Que doit-on réellement en penser ? Existe-t-il un réel risque de se faire dépouiller sur la place publique ? Doit-on toujours aller à la plage en pensant devoir nager avec son portefeuille ? Faut-il ne jamais sortir son téléphone portable ? Peut-on visiter une favela ? Faut-il sortir avec une voiture blindée ? Autant de questions, parfois farfelues, que se posent les touristes avant d'y mettre les pieds.

Malgré toutes ces inquiétudes, cela n'empêche pas les touristes de se rendre massivement dans cette magnifique ville. Il faut même parfois attendre 3 heures pour le Corcovado, c'est dire l’afflux de monde. Certaines plages sont bondées en haute saison, les locations très chères, tout cela pour vivre l'expérience Rio de Janeiro, même après avoir lu les pires récits sur internet.

Car oui : Dans les faits, Rio de Janeiro est bien une ville dangereuse

Au dessus de la pile, se sont bien sûr les favelas qui sont montrées du doigt. Ces multiples villes dans la ville sont des repaires du crime. Bien sûr, vous n'irez pas mettre les pieds dans une favelas, sauf celles qui sont pacifiées et avec un guide expérimenté connaissant bien. La violence quotidienne vient en partie des gars des favelas qui descendent dans la ville, et c'est là que le crime devient visible aux yeux du monde.

rio_de_janeiro_bresil_2017_centre_villeIl suffit d'ouvrir Google News pour tomber sur un grand nombre d'informations assez dramatiques : "deux touristes dévalisés à Lapa", "une touriste violée par un groupe non identifié", "vol à main armée sur un groupe de touristes", "carjacking en plein cœur de Rio"... Les news sordides arrosent facilement internet, principalement si cela touche les touristes... Cela me rappelle la préparation de mon séjour à Madagascar, et la lecture des forums de voyageurs tous plus sombres les uns que les autres, qui donnent une mauvaise image du pays, a priori. Un ami avait d'ailleurs bien capté l'expérience dans un article sur son blog voyage : Madagascar c'est dangereux (ou pas).

Rio de Janeiro est une ville gigantesque et méconnue, ce qui accentue d'autant plus fortement les a priori de ceux qui vont s'y rendre. N'oubliez pas que le peu de news qui parviennent à nos oreilles d'européens ne représentent pas la réalité de la vie de tous les jours au Brésil de Rio. Les news ont toujours tendance à exacerber les situations car nous n'avons pas le prisme de lecture local.

Depuis 10 ans maintenant, la ville de Rio de Janeiro lutte contre la criminalité. De nombreuses favelas ont été "pacifiées", ce qui a fait nettement reculer la violence à Rio. Cependant, tout n'est pas réglé, et le sentiment de certains cariocas (habitants de Rio) est plutôt que les favelas grandissent... De notre côté de l'Atlantique, les expériences de voyageurs ont aussi tendance à faire part de moins de dangers à séjourner dans Rio. Mais qu'en est-il vraiment ? A priori, les statistiques vont vers une décroissance de la violence générale depuis 10 ans, avec cependant une inversion des tendances sur les deux dernières années, notamment en matière de croissance du nombre d'homicides et de vols sans violences... Sans compter que les événements mondiaux tels que la Coupe du Monde de Football ou les Jeux Olympiques accroissent la tentation de quelques Reals faciles pour les jeunes vivants dans des conditions difficiles... Bref, difficile de statuer...

rio_de_janeiro_bresil_2017_cite-de-dieu

Vue sur la Cité de Dieu (derrière la barre d'immeubles jaunes)

L'insécurité, ce sont finalement les Cariocas qui en parlent le mieux. Ils sont dans l'ambiance quotidiennement, tous ayant une favelas à proximité, plus ou moins pacifiée. Par exemple, nous étions logés dans le quartier de Taquara, très tranquille. Néanmoins, le 6ème étage de l'immeuble offre une belle vue sur la Cité de Dieu à quelques centaines de mètres, et Barra da Tijuca, 10 kilomètres plus loin. La mythique favela-quartier "Cité de Dieu" est surtout connu grâce au roman de Paulo Lins (1997), magistralement adapté en film en 2002 par Fernando Meirelles. Etant fan de cinéma et ayant adoré ce film, c'est avec une certaine émotion que je regardais les toits de la Cité de Dieu, par la fenêtre de l'appartement. Voilà pour le mythe. La réalité claque dès le premier soir, de manière assez simple, en trois coups : PAN! PAN! PAN! "Tiens, tu entends, c'est à la Cité de Dieu", me dit le cousin. Les trois coups de feu sont distants, mais sont le signe d'une réalité cinglante. L'histoire se répétera quasiment tous les jours, en soirée ou en pleine nuit. Jamais de longues rafales, juste quelques tirs espacés. Je ne sais pas vraiment quoi faire de cette histoire : cela s'est passé très loin de moi, mais en même temps suffisamment proche pour que je me replonge dans l'univers du film, sans que ce soit cette fois-ci de la fiction.

Mais bon... Cela fait déjà deux semaines que j'étais au Brésil avant de me rendre à Rio. Autant dire que j'étais déjà dans l'ambiance brésilienne, mais toujours légèrement excité et curieux de découvrir la grande ville de Rio. Surtout pour confronter une véritable expérience personnelle, aux forums internet et autres news dramatiques.

Ma semaine à Rio : entre mythe et réalité

rio_de_janeiro_bresil_2017_plage-2

Avant toute chose, je dois préciser que je voyage avec une brésilienne. Cela a beaucoup d'importance car lève de nombreux soucis liés à la barrière de la langue. De plus, nous avons passé une semaine avec de la famille vivant à Rio, qui nous a guidé dans cette grande ville, vers les meilleures plages, dans les petits restaurants, mais aussi dans les grands lieux touristiques. Assez étonnant, même pour eux, les locaux, une certaine crainte est palpable. Il s'agissait surtout d'une peur de se rendre dans certains lieux pourtant hautement touristiques (Quartier de Lapa et Escaliers de Selaron). Nous avons longuement débattu du fait de s'y rendre où non, pour finalement franchir le pas et visiter ces deux lieux cultes de Rio.

rio_de_janeiro_bresil_2017_escaliers_selaron

Les escaliers de Selaron

De là à dire que Rio est dangereux, il y a un fossé ! Je vais être très clair : je n'ai jamais ressenti un énorme sentiment d'insécurité. Oui, les pauvres clochards squattant l'Aqueduc de Lapa peuvent regarder les touristes avec insistance, mais cela reste un ressenti. Certains auront la malchance de se faire dépouiller, peut-être plus tard le soir et dans des coins moins biens fréquentés. Car finalement, Rio, c'est comme n'importe quelle ville : il y a des quartiers à éviter une fois la nuit tombée. La différence est que vous courez un plus grand risque à Rio qu'ailleurs 😉 Renseignez-vous bien avant de partir, de sortir. Respectez quelques fondamentaux et basiques : ne soyez pas exubérants (montres, bijoux, portefeuille) ! Ne montrez pas que vous en avez pour plusieurs centaines, voire milliers d'euros de matériel sur vous (téléphone, appareil photo, chargeurs, etc... comptez, l'addition grimpe vite). Il parait qu'il vaut mieux toujours avoir un peu de monnaie dans sa poche, histoire de donner cela en cas de racket, plutôt que son téléphone, mais je ne suis pas le mieux placé pour conseiller cette pratique.

rio_de_janeiro_bresil_2017_jardin_botaniqueLa réalité de Rio, se sont bien les plages magnifiques, la vue splendide depuis le Christ Rédempteur, la musique brésilienne partout, et la gentillesse des gens. Soyez relax, les brésiliens sont cools et sympas. En une semaine, j'ai eu le temps de visiter le Corcovado, faire une journée à la plage de Grumari (assez éloignée), visiter le centre de Rio (la Cathédrale, Lapa et les escaliers de Selaron), passer du temps à la plage d'Ipanema, me balader au Jardin Botanique qui est de toute beauté (comptez 3 bonnes heures), faire le Musée de Demain (Museu do Amanhã), profiter du centre commercial Barra Shopping et de son cinéma, marcher aux panoramas du Parc Municipal des Catacombes et même visiter le Fort de Copacabana ! Tout cela sans jamais avoir de problème d'insécurité. Sans que l'on vienne me poser des questions et m'embêter pour me demander une pièce. Était-ce lié au fait que j'étais entre de bonnes mains avec une habitante locale ? Je ne pense pas. J'ai d'autres exemples dans mon entourage de brésiliens ou de voyageurs pour qui cela n'a rien changé non plus. Je pense qu'il faut simplement arrêter de demander à quelqu'un qui a voyagé à Rio si "Rio est dangereux ?", et venir se faire sa propre idée. C'est ce que j'ai fait ! Et je recommande tout simplement de bien se renseigner. Non, un forum avec un avis d'un plouc (même une histoire vraie) n'est pas un renseignement viable. Achetez un vrai guide de Rio à jour, posez des questions sur place à l'accueil de votre hôtel, discutez avec les locaux, ils vous renseigneront bien mieux. Pensez à bien repérer les favelas sur une carte avant de partir vous balader, car les favelas sont PARTOUT. Il est très facile de se retrouver devant une entrée, parfois sécurisée par un véhicule de police, parfois non.

rio_de_janeiro_bresil_2017_plageRio est une gigantesque ville très dynamique et vivante. Avec une superficie 12 fois supérieure à celle de Paris, vous comprenez vite qu'il est difficile de faire des généralité : certains quartier sont hyper sécurisés, d'autres pas du tout. Mon escapade préférée dans Rio de Janeiro reste la journée passée autour de la lagune Rodrigo de Freitas. En plein cœur de la ville, la lagune est entourée du Jardin Botanique, des plages d'Ipanema, Leblon et Copacabana. Autrement dit, c'est une zone très tranquille et proposant de grands espaces verts.  Une sortie touriste parfaite pour une journée ensoleillée. Le Jardin Botanique est un havre de paix, peuplé de nombreux oiseaux exotiques dont des Toucans bien différents de ceux du Pantanal. Les amateurs de fleurs et de plantes seront comblés par une énorme diversité, et pour les fans, par l'Orquidário qui rassemble des centaines d'orchidées différentes. Au delà de cette visite très touristique, j'ai aussi adoré manger un Pastel dans un marché à l'entrée de la Cité de Dieu. Le pastel est une spécialité salée brésilienne, sous forme d'une pâte brisée frite plate fourrée, au choix, de fromage, de viande, de légumes... A accompagner avec un jus de canne frais souvent vendu au même endroit !

Alors oui, sur le papier, Rio de Janeiro n'est pas la ville la plus sécuritaire du monde. Mais honnêtement, c'est très dommageable de continuer à en faire un mauvais exemple. Si vous êtes au mauvais endroit, au mauvais moment, vous risquez de vous faire braquer, que se soit en centre ville, ou à proximité d'une favela. Bien sûr, le risque sera plus grand si vous décidez de vous perdre dans une favela... Préparez votre voyage tranquillement, documentez vous, et partez à l'aventure dans cette belle ville. Un conseil : il faut bien une semaine !

rio_de_janeiro_bresil_2017_fort_capacabana

Les canons du Fort de Copacabana

Les situations les plus dangereuses que j'ai vécu à Rio de Janeiro

Bonus, je tenais à vous livrer tout de même les quelques moments épiques à Rio. J'ai parfois eu la peur de ma vie... Voici une liste en vrac de ce que vous devez redouter avant tout, bien plus que de vous faire dévaliser, car vous vivrez ces situations tous les jours, plusieurs fois par jour !

  • Circuler en voiture ! A coté d'un carioca, le parisien c'est Oui-Oui en transit au royaume des Bisounours. Si vous avez une voiture de location, bon courage 🙂 En journée, les habitants de Rio sont déjà sportifs au volant... La nuit, c'est une sacré course ! Certains feux tricolores en deviennent mêmes optionnels ! Je ne vous cache pas que nous avons frôlé l'accident plus d'une fois... et pas forcément de notre faute !
  • Se baigner sur les plages sans faire attention aux drapeaux ! L'océan Atlantique est fort, parfois violent. Certains courants sont vicieux et peuvent vous emmener au large assez rapidement. Soyez vigilant à l'emplacement des drapeaux rouges qui signalent ces zones de risques.
  • Prendre le métro en rush hour... en tongues ! Vous pouvez dire adieu à vos savates... J'ai miraculeusement récupéré ma tongue au dernier moment ! Il faut pousser pour entrer, et pousser encore plus fort pour sortir. Sans de bons appuis, c'est mission impossible.
  • Ne pas utiliser assez de crème solaire : au delà de la mauvaise blague de devenir tout rouge, vous risquez surtout une sacré brûlure et un beau gâchis de quelques jours de vacances...
rio_de_janeiro_bresil_2017_cathedrale

La cathédrale Saint-Sébastien de Rio de Janeiro

Voilà pour mon expérience d'une semaine riche et intense à Rio ! Dans tous les cas, n'oubliez pas de souscrire une assurance voyage comme chez chapka.

Et vous ? Qu'en avez-vous pensé si vous y avez passé un peu de temps ? Avez-vous connu des situations de stress ?

2 comments

  1. Stephanie 30 novembre, 2016 at 15:33 Répondre

    Wow quel article intéressant et complet ! Je n’ai jamais été au Brésil, donc j’aurais du mal à donner mon avis, mais c’est vrai que vu de l’extérieur, on a toujours cette réputation de danger au Brésil, à Rio, à Sao Paulo… est-ce un reflet de la réalité ? Aucune idée… on dit que Paris est dangereuse, mais je ne me sens pas si mal quand j’y suis 😉
    En tout cas une de mes copines a été 2 semaines au Brésil et elle a tellement aimé qu’elle en parle encore 1 an après !

  2. Audrey - Arpenter le chemin 1 décembre, 2016 at 13:48 Répondre

    Merci pour le rappel ! L’Amérique latine semble dangereuse mais les « crimes » qui menacent le plus les touristes sont les menus larcins comme les pickpockets ou le vol à l’arraché. Et cela, ça peut aussi arriver à Moscou, Bangkok ou Lagos ! Il est important de s’écouter et si on ne le sent pas, rien ne nous oblige à nous balader dans tel ou tel endroit, mais il est aussi important de ne pas devenir paranoïaque de peur de ne plus rien voir !

Leave a reply