Critique de la BD grecque Le croque mort

Le Croque Mort n'est pas une BD documentaire. Il ne s'agit pas non plus d'un drame jouant le créneau du pathos.

Tassos Zafiriadis, Yannis Palavos et Athanassios Pétrou racontent une belle histoire alternant entre nostalgie, réalisme, fantaisie et tristesse...

Car oui, il s'agit tout de même d'un roman graphique plutôt triste...

Résumé

La chambre froide des « Pompes funèbres Leonidas » est en panne. Dans la fournaise de Thessalonique, impossible de garder les corps en ville. Le croque-mort va donc devoir veiller deux nuits durant la dépouille d’un homme dont on attend la fille pour les funérailles. Impossible de fermer l’œil…

Un roman graphique contant la solitude

le-croque-mort-bd-grecqueC'est dans une Grèce contemporaine que l'auteur a décidé de poser ses pinceaux et son stylo pour décrire un pays (le sien) en pleine crise, du point de vue d'un vieil homme bien seul. Pas de politique, pas d'économie, l'enchaînement des planches suffit à deviner les difficultés que traversent les grecs. Le lecteur se projette facilement dans l'actualité et peut plonger dans ce récit loin d'être banal.

Car cette histoire a beau être présentée assez classiquement, je peux vous assurer qu'il y a un très bel effort de différentiation sur toute la seconde partie de la bande dessinée ! Mais je ne peux pas en dire plus au risque de casser toute surprise.

Le personnage principal est très attachant et c'est là toute la force du roman graphique : parvenir à conter une histoire complète avec très peu de paroles et de personnages. C'est notamment le cas sur la première partie durant laquelle on découvre notre fameux croque mort et sa vie bien trop tranquille. L'illustration de couverture est fidèle à la qualité générale du dessin. Le trait est fin, et le style "peinture" de Pétrou est du plus bel effet. La couleur est aussi très bien choisie, permettant une alternance franche avec le fameux twist dont je vous parlais tout à l'heure.

le-croque-mort-bd-grecqueAlors oui, le scénario est léger, mais toute la puissance de ce roman graphique réside dans cette belle et étrange rencontre. C'est une tranche de vie d'un homme solitaire, ayant un métier n'étant pas propice aux rencontres, que l'on apprécie découvrir page après page en prenant le temps de parcourir les dessins du fait de l'espacement des textes.

La fin laisse à penser et à réfléchir sur les questions de famille, d'isolement, de vieillesse... Des thématiques biens plus universelles, dont la Grèce n'est que le décor dans ce beau roman.

Dommage que se soit si court !!! Retrouvez ce livre en cliquant ici.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :