Deadpool : Il faut soigner le soldat Wilson

Les histoires comptant les origines de Deadpool ne manquent pas. Les excellentes versions sont un peu plus rares... Il y a bien sûr le génial Deadpool and Death Annual 1998 (critiqué ici) et très certainement Il faut soigner le soldat Wilson, publié en 2010. En anglais, pour ceux qui cherchent à lire en version originale : Wade Wilson's War.

Publié à l'origine en trois épisodes (notamment sur le site Marvel), vous trouverez plus fréquemment une version compilée en un tome unique en librairie ou sur internet.

Synopsis

Découvrez les origines de Deadpool ! Le mercenaire passe devant une commission pour expliquer son rôle dans le massacre d'une ville mexicaine. Il profite alors de cette occasion pour raconter ses débuts. Mais peut-on se fier à la véracité de ses propos ? Une saga complète avec en guest-stars Bullseye, Silver Sable et Domino.

Critique

deadpool_wade_wilsons_war_coverLe thème sous-jacent de ce comics n'est franchement pas marrant : un massacre dont notre "héros" Deadpool doit répondre devant le Sénat américain. Lorsque l'on parle de Deadpool, il ne faut pas oublier qu'il s'agit de "The Merc with a mouth", grossièrement traduit par "le mercenaire qui a une grande gueule". Imaginez donc Wade Wilson devant ses juges, lui qui ne se tient déjà pas devant des enfants ou des femmes... Pour lui, c'est parfaitement normal et issu d'une opération militaire secrète...

Pour justifier les actions du groupe de mercenaires au Mexique, Deadpool va raconter une longue histoire démarrant par une enfance perturbée, puis par son parcours au sein de l'armée, et bien sûr les manipulation scientifiques subies au sein du programme Weapon X... Entre flashbacks, récits du massacre et séance de la commission, tout en esquivant les questions de la commission et retournant les arguments avec aisance, Deadpool se forge un alibi de fou, ou pas... Pour le lecteur, c'est l'occasion de mieux comprendre comment a été curé le cancer de Wade Wilson et pourquoi il semble avoir sombrer dans la folie (et ce n'est pas nécessaire que de la faute du Weapon X). Mais est-il réellement fou ? 😉

deadpool_wade_wilsons_war_extractIl faut soigner le soldat Wilson est très drôle, tour à tour moqueur d'un système dont Deadpool se fait l'avocat du Diable, puis acide et partie prenante d'une la violence standardisée. On se doute bien qu'il se fiche allègrement de la tête des juges et que ses diverses versions de témoignages ne sont pas raccord avec d'autres récits. Il existe bien deux niveaux de lecture : les dialogues entre les personnages et les tirades pour le lecteur, brisant, comme à son habitude, le quatrième mur.

Duane Swierczynski trouve le parfait niveau d'écriture pour raconter les histoires loufoques de Deadpool et de son équipe pas moins tarée composée de Bullseye, Silver Sable et Domino... et cette série est un beau contre-exemple du run de 1997 par Joe Kelly, lui très profond et moins drôle (critique ici). Comme d'habitude, le juge des actions de Deadpool est plus le lecteur que le tribunal du bouquin ! Alors que l'on avance dans l'histoire, on se forge une conviction sur ce qui est de l'ordre du réel et du mensonge. On accuse Wade Wilson de certains crime et on le pardonne pour d'autres.

deadpool_wade_wilsons_war_cover2Mais le plus étrange reste certainement la fin du comics !!! Si vous l'avez lu, n'hésitez pas à réagir en commentaires... Pour ne rien dévoiler de l'histoire aux lecteurs, nous pouvons simplement dire que c'est plus qu’ambiguë et qu'il existe plusieurs interprétations possibles...

Pour un néophyte des histoires de Deadpool, Il faut soigner le soldat Wilson est un très bon début qui cadre bien un personnage haut en couleur et qui a définitivement une grande gueule ! Le tome est à commander ici.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :