Game, le jeu vidéo à travers le temps à la Fondation EDF

Si à 50 ans on n'a pas une console de jeux vidéo, c'est qu'on a raté sa vie. Oblikon.

Du 1er mars au 27 août 2017, l’espace Fondation EDF accueille Game, le jeu vidéo à travers le temps. Une exposition à la fois ludique, érudite et didactique, où toutes les générations s'y retrouvent pour s'amuser et échanger ! Organisé sur trois niveaux dans un bel espace lumineux, c'est un parcours aussi réjouissant que stimulant, avec le commissaire Jean Diez aux manettes.

 

Diplômé en philosophie, Jean Zeid découvre le jeu vidéo dès l'enfance avec Pong, comme toute la génération des années 1970. Plus tard, et pendant près de 20 ans, il pratique le cinéma en tant que chroniqueur et journaliste à Europe 2, RFM et Le Mouv'. Depuis 2010, il réalise une chronique hebdomadaire, sur franceinfo, dans laquelle il évoque les jeux vidéo et les réseaux sociaux.

D'entrée de jeu, la Fondation EDF accueille les visiteurs avec Uncharted 4 sur grand écran : Un jeu d'action et d'aventure édité par Sony, qui met en scène le personnage de Nathan Drake, un Indiana-Jones-like. De multiples péripéties attendent ce héros qui sont d'autant de prétextes à de sublimes graphismes et des décors au réalisme bluffant.

Les amateurs de sport à domicile sont particulièrement choyés, puisque sont présentées quatre versions du célèbre jeu FIFA, qui pour le coup justifient pleinement le titre de l'exposition. Mais on peut aussi s'entrainer à la course automobile grâce à la borne d'arcade Deluxe Outrun. Et danser sur la seconde borne d'arcade Dance Dance revolution de Konami : Un jeu très musical sur lequel le public reproduit une chorégraphie en suivant les flèches sur un tapis de sol. Côté sport cérébral, une Game boy de Nintendo à taille humaine est exposée, tel un menhir impassible aux évolutions qui l’entoure. Imaginé par Alekseï Pajitnov, un ingénieur en informatique soviétique, ce symbole vidéoludique avec son écran monochrome de la fin des année 80, qui connu lors de son lancement un incroyable succès, teste la sagacité et la rapidité des visiteurs avec un immense Tetris : La version addictive du puzzle perpétuel !

Mais avant de poursuivre cette exposition au premier étage, on reste de longues minutes intéressé par deux autres endroits originaux au rez-de-chaussée : Le premier est une simple pièce où est accrochée, à l'instar d'une galerie, une dizaine de tableaux qui sont en fait des captures d'écran de célèbres jeux vidéos, comme Day of the Tentacle ou Another World. Bien évidemment, cela interroge immédiatement le visiteur sur l'Art dans le jeux vidéo. Et le second endroit est comme la reconstitution d'une chambre d'ado où est entassée une multitude d'objets vintages tels que des consoles et des figurines emblématiques d'une époque passée mais... pas si lointaine 🙂

Une fois à l'étage, ce sont les plus anciens jeux qui y sont exposés. Cela débute avec l'incontournable clin d'oeil à Pong, la table cocktail d'Atari. Puis, on prend naturellement beaucoup de plaisir à (re)jouer à de mythiques shoot'em up comme Defender et Space Invaders, ou bien encore d'inépuisables jeux de plateformes comme Sonic et Donkey Kong.

Game, le jeu vidéo à l’épreuve du temps ?

En un demi siècle, le jeu video est devenu l'une des principales industries culturelles à travers la planète, et génère aujourd'hui des dizaines de milliards d'euros ! Qu'il soit de plateforme, d'aventure ou bien encore de simulation, le jeux vidéo ne cesse d'explorer de nouvelles voies ludiques et technologiques. Aujourd'hui, c'est au tour de la réalité virtuelle de progressivement s'imposer dans nos foyers. Et au niveau inférieur de l'espace Fondation EDF, les visiteurs peuvent essayer Eagle flight, le jeu d'Ubisoft où l'on survole un Paris totalement abandonné, noyé sous une dense végétation. Une fois équipé d'un casque sur les oreilles, d'un second casque sur les yeux et d'une manette, l’expérience est effectivement immersive. En revanche, cet attirail est tout de même inconfortable, et une fois retiré les plus sensibles auront quelques vertiges pendant de longues minutes.

Retour au rez-de-chaussée pour conclure l'exposition Game sur un véritable hall of Fame. Une idée très originale pour mettre sur le devant de la scène vidéoludique, un nom et un visage sur les créateurs et -trices des jeux les plus emblématiques vendus dans le monde entier. On y retrouve une petite vingtaine de portraits comme celui du français Michel Ancel (Rayman, Les lapins crétins) ou bien encore de Shigeru Miyamoto (Mario, Donkey Kong, The Legend of Zelda). Puisqu'on lit rarement un livre sans en connaître son auteur, pourquoi ne pas faire de même avec le jeu vidéo ? Et rappeler aux visiteurs que derrière cet objet ludique, il y a un créateur et donc un artiste, c'est aussi apporter une brique supplémentaire au débat qui est de savoir si le jeux vidéo est une œuvre d'art ou pas...

Entre flashback et flashforward, cette exposition n'est bien évidemment pas exhaustive. On ne voit pas Bomberman courir dans les couloirs, ni Boulder Dash longer les murs, ou Earthworm Jim sortir de l'ascenseur. Mais cette expo vidéoludique est suffisamment riche et surprenante pour intéresser un public de 7 à 77 ans, d'autant plus que sur la soixantaine de jeux présentés, la moitié est jouable. A coup sûr, les visiteurs n'auront qu'une seule envie au terme de cette exposition, celle de ressortir sa vieille console de son vieux carton, enfoui sous une avalanche d'objets au fond du placard, puis d'y glisser la première cartouche venue et... de se replonger virtuellement dans son adolescence.

Alors à vos manettes ! Prêt ? Jouez !

Game, le jeu vidéo à travers le temps
Du 1er mars - 27 août 2017
Entrée libre du mardi au dimanche de 12h à 19h
Espace Fondation EDF
6, rue Récamier 75007 Paris

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :