Une étude en Rouge de Sherlock Holmes, Arthur Conan Doyle

Réçit initiateur du détective mythique d'Arthur Conan Doyle, une étude en rouge nous présente donc un personnage haut en couleurs, un certain Sherlock Holmes. Présenté par le réçit de son colocataire au 221b Baker Street, le docteur Watson, c'est le début d'une grande histoire de dénouements de mystères d'apparence insolvables qui démarre avec ce livre.

Synopsis

Au n° 3 de Lauriston Gardens près de Londres, dans une maison vide, un homme est trouvé mort. Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce. Sur le mur, griffonnée à la hâte, une inscription : " Rache ! ". Vengeance ! Vingt ans plus tôt, en 1860, dans les gorges de la Nevada, Jean Ferrier est exécuté par des mormons sanguinaires chargés de faire respecter la loi du prophète. Sa fille, Lucie, est séquestrée dans le harem du fils de l'Ancien. Quel lien entre ces deux événements auss
insolites que tragiques ? Un fil ténu, un fil rouge que seul Sherlock Holmes est capable de dérouler. Une intrigue toute en subtilités où, pour la première fois, Watson découvre le maître..

Critique

une_etude_en_rougePrésenté comme le carnet de bord du docteur Watson, une étude en rouge arrive dès le début à capter l'attention de son lecteur. Sans réelle introduction, elle nous met dès le début dans l'action de la vie de notre docteur, fraîchement revenu d'Afghanistan et cherchant à se loger dans Londres à moindre coût. C'est le premier acte de ce livre qui en compte quatre distincts. Si le premier acte est la recherche de logement du docteur Watson, le second est tout de suite le premier mystère qu'il va être amené à résoudre avec ce futur célèbre Sherlock Holmes. Et, comme tout bon mystère qui se respecte, il semblera difficile au lecteur de tout comprendre dès le début.

Compréhension qui sera d'autant plus complexe quand arrivera le troisième acte nous racontant une histoire se déroulant à quelques années et à des milliers de kilomètres de Londres. Enfin, le quatrième acte consistera en la résolution du mystère par Sherlock Holmes et l'explication de tous les tenants et aboutissants, évidemment en lien avec les actes précédents.

Si Sherlock Holmes est devenu aussi célèbre, c'est certainement grâce à sa personnalité aussi brillante que surprenante. Se comportant comme un ours, il ne vit que devant un mystère d'apparence insoluble, et se plaît à analyser chaque détail, chaque indice laissé par le tueur potentiel. Et si le narrateur Watson est excellent observateur, il ne cherche en rien à déduire sur les clés du mystère, laissant le lecteur le faire. Lecteur qui va chercher, chercher, chercher...avant de découvrir que finalement Sherlock Holmes est bien meilleur que lui à ce petit jeu ! Ce côté "livre dont vous êtes le héros" impose au lecteur de réfléchir, même insconsciemment, pour au final se voir révéler toute l'histoire par notre détective, bien plus perspicace que lui !

sherlock_holmes_watsonLe succès du livre est aussi dû à son côté "2 livres en un". Effectivement, l'acte 3 semble au début venir de nulle part, racontant une histoire tournant autour des Mormonts et de Salt Lake City. Cependant, on comprends bien vite comment il est lié au reste de l'histoire, apportant de fait une consistance, une tangibilité au meurtre bien plus grande que si, de manière classique, le meurtrier s'était juste confessé à la fin du livre.

Ces deux histoires, semblant si décousues à la base (combien de personnes ont du se demander si ce n'était pas une erreur d'impression en démarrant l'acte 3) et finalement totalement liées, associées au brio et à la personnalité attachante de Sherlock Holmes, et sa relation avec le docteur/narrateur Watson sont certainement les raisons principales du succès de ce personnage, encore adapté de nos jours au cinéma ou à la TV.

Une étude en rouge est donc un classique à découvrir pour celui qui veut mieux connaître le grand Sherlock Holmes ! Retrouvez ce livre en cliquant ici.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :