Hellfest 2022 jour 5 : it rains in Hell

La cathédrale du Hellfest 2022

Après 4 jours ayant vu passer une météo plutôt solaire (à la limite de la pyrolyse en jour 2 diront même certains), voici que la pluie vient s’inviter à Clisson sur ce jour 5. Les quelques brins d’herbes ayant survécus au 4 premiers jours n’y résisteront pas, et la célèbre bouillasse va venir faire son grand retour après des années d’absence sur le site !

Mais cela suffit-il pour décourager nos courageux metalleux ? Que pouic ! Il y aura bien une densité un peu moindre sur les Mainstage dans la soirée, mais l’ambiance, elle, reste au beau fixe !

Une après-midi pluvieuse… et éclectique

On démarre (certes) un peu tardivement l’après-midi devant nos britons de Nitzer Ebb. Si l’indus est plutôt bien représenté durant cette édition exceptionnelle du Hellfest, il n’en est pas de même pour l’électro, plus rare dans les champs clissonnais. Mêlant les deux, Nitzer Ebb a offert à une foule du Mainstage 1 un électro dynamique et puissant, emportant quelques fans avec eux !

On reste devant la Mainstage, et c’est une autre ambiance – mais elle aussi britannique – qui vient enflammer la foule. Au programme, nos joyeux lurons un peu speed de Dragonforce ! 6 ans après leur dernière prestation au Fest, nos fondus de guitares et de rythmes jamais sous les 200bpm reviennent bourrés d’énergie. Les morceaux s’enchaînent avec fougue, multipliant les références aux jeux vidéos (avec une mention spéciale à Skyrim). On profite néanmoins de quelques pauses plus teinté de Power Metal / Epic traditionnel pour reposer les oreilles mises à mal par les enchaînements déjantés d’Herman Li et Sam Totman. Même Céline avec My Heart Will Go On a vu sa reprise ! On vous rassure, le public du Fest a pu reprendre sa guitare en plastique (ou son clavier pour les plus hardcore) en rejouant – virtuellement – Through the Fire & Flames avec le groupe !

Dragonforce au Hellfest 2022

L’après-midi sous les couleurs de l’Union Jack continue avec le retour (ils étaient déjà là au 1er week-end) de Killing Joke. Nos (presque) papys (la fondation du groupe remonte quand même à 1979) nous déroulent avec brio leur set, nous rappelant leur rôle clé dans bon nombre de groupes actuels. Ce qui est d’ailleurs toujours très surprenant : ce qui paraissait d’une violence considérable pour Madame Michu en 1980 fait aujourd’hui office de musique pour chatons. Il faut dire que Killing Joke est bien calme pour une oreille qui s’aventure régulièrement sur l’Altar !

Enfin, basculons sous le soleil (ou du moins loin de la pluie sous le Temple) avec les portuguais de Moonspell. Est-ce encore la peine de présenter ce groupe de Dark / Death / Folk offrant un répertoire diversifié avec toujours une énergie increvable ? On tire notre chapeau à Fernando Ribeiro et ses acolytes pour nous offrir toujours autant de jus, d’énergie et d’envie par delà leurs shows. Car si l’imagerie est nocturne et noire, c’est vraiment la puissance et l’énergie solaire qui se dégage de ce groupe !

Moonspell sous le Temple au Hellfest 2022

Une nuit énergique et cauchemardesque avec Alice Cooper et Nine Inch Nails

Le prince des ténèbres domine le Hellfest

Aux côtés de Iron Maiden, Alice Cooper est indiscutablement le groupe le plus respecté de la scène hard rock / metal. Mené d’une main de maître (des ténèbres) par Vincent Damon Fournier le groupe enchaîne les hits pendant 1h10.

Tout le bestiaire Alice Cooper y passe : les marionnettes géantes de bébés, les coups d’épée dans les ballons de baudruche, la camisole de force sur I Love The Dead, la fameuse guillotine de mise à mort, … c’est plus qu’un concert c’est un véritable show non-stop. Car il n’y a quasiment pas de pause ! De Feed my Frankenstein à School’s Out, le public est aux anges.

Nine Inch Nails pour un show violent et maîtrisé

Si les dieux de l’indus metal restent les allemands de Rammstein, Nine Inch Nails joue dans la cour des grands depuis bien des années. Musicalement moins accessible, le show tout comme le son sont parfaitement maîtrisés. Sur scène, le touche à tout Trent Reznor démontre que c’est au sein de Nine Inch Nails qu’il est le plus à l’aise. A 57 ans, l’artiste déborde d’énergie.

D’entrée de jeu, avec Mr. Selfdestruct, Wish et Last, Nine Inch Nails donne le ton d’un concert qui se voudra tout sauf reposant !

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles sur le même sujet