#Hellfest Report : Jour 3

La nuit du samedi du Hellfest 2015 fut replie d'émotions avec notamment Scorpions (le fait que l'un de vos chroniqueur ai versé une petite larme est classé secret défense... ou pas !). Vous pouvez retrouver tout le dééroué de cette journée ici.

Parlons maintenant du dimanche 21 juin 2015 ! Comme l'année dernière, la météo fut au rendez-vous avec un temps radieux et très légèrement ombragé afin d'éviter trop les coups de soleil.

Ce qu'il faut retenir de ce dimanche de messe Hellfest

Sur le Mainstage, les marseillais de Eths déroulent un set énergique. La nouvelle chanteuse Rachel (depuis 2013) envoi la sauce et le public suit le mouvement toujours dans un esprit de fête. C'est aussi toujours agréable de voir a scène metal française représentée lors de l'événement majeur du Hellfest.

De retour de la pause midi (oui on mange beaucoup lors de ce festival !), direction la Warzone pour assister au concert de punk du groupe OFF!. Force est de constater que même en 2015, le punk n'est pas mort ! Les groupes vieillissent mais l'esprit est encore là, le temps d'un week-end. Et la journée reserve encore de belles surprises sur la Warzone dédiée au punk rock et ses dérivés.

Changement de style avec Dark Tranquility en Mainstage 01. Les suédois déroulent un show death metal mélodique assez moderne. Malgré les balances qui tardent à se régler, les musiciens assurent une bonne prestation. Puis le son devient propre permettant de mieux entrer dans l'univers très cohérent du groupe.

SNOT

Et on retourne en Warzone pour se prendre une belle claque sur Snot!. Malgré la mort de Lynn Strait en 1998, chanteur emblématique de la formation, le groupe est très long d'être terminé. Le nouveau chanteur (2008) Tommy Vext assure totalement le coup et après un court tribute à Lynn Strat, le frontman reprend la main pour 40 minutes de folie. Tommy Vext fait clairement penser à Zack de la Rocha dans le style et c'est hyper convainquant. Le son est super propre, le set agressif et le groupe transmet une réelle énergie au public. Première excellente surprise de la journée !

SNOT 2

Toujours pas de pause pour vos deux métalleux préférés car nous retournons en Mainstage 02 pour le concert du mythique groupe de thrash metal Exodus. Les années passent mais la force de frappe est toujours bien présente. Devant une magnifique scène dévoilant un artwork de folie, Exodus déroule ses titres ultra rapides et le public headbang avec joie.

exodusalestormChangement radical de style avec nos pirates écossais d’Alestorm. Si leur prestation au Divan du Monde à Paris il y a quelques mois nous avait laissé sur notre faim, celle de ce Hellfest fût mémorable.  Devant un public que le Temple avait bien du mal à absorber (note aux organisateurs, la prochaine fois, mettez Alestorm sur un Mainstage), l’équipe de Christopher Bowes a littéralement enflammé la scène. Avec de nombreux morceaux de l’excellent Sunset on the Golden Age (on adore Magnetic North, Drink et 1741 à la redak) et quelques morceaux plus anciens (That Famous Ol' Spiced, Shipwrecked, Rum…), le show était là, et la foule en délire. Espérons qu’ils gardent ce rythme longtemps !

alestorm

On est pas fans du tout de Cannibal Corpse, mais nous passons une tête sur la scène The Altar pour saluer ce groupe entré dans la légende de son style. Très connus pour leurs pochettes d'album bien violentes et des titres très gores, les américains ne sont pourtant pas excessifs sur scène. A voir une fois dans sa vie 😉

On calme un peu le jeu avec le nouveau set d’Epica sur le Mainstage 02. Tournée d’un dernier album pas franchement malhonnête et aux sonorités power metal, Simone Simons assure toujours le show. La musique ronronne, les fans sont emportés par les musiques des hollandais, le boulot est fait.

the exploitedEncore une fois de retour sur la Warzone, nous allons voir le set énervé de The Exploited. La crête rouge de Wattie Buchan est toujours là et le son thrash / punk hardcore des écossais fait vibrer une fosse qui n'hésite pas à produire du circle pit !!! C'est tout de même un peu répétitif et nous décidons de donner une nouvelle chance à Limp Bizkit qui se produit en même temps en Mainstage 01.

Autant le plaisir est toujours là à l'écoute de l'album Chocolate Starfish, autant Limp Bizkit sur scène est toujours une belle catastrophe... La mauvaise expérience du Sonisphere de 2013 est renouvelée notamment à cause d'un groupe qui manque cruellement de punch. La reprise de Killing In The Name est tout aussi ratée et très loin du niveau d'énergie de RATM (on se souvient notamment d'un Bercy en 2008 que d'émotions...). C'est confirmé, nous ne tenterons pas Limp Bizkit de nouveau...

La dernière fois que nous avons croisé In Flames à un festival en France, c’était en après-midi au Sonisphere en 2013. De l’eau a coulé sous les ponts et c’est sur le Mainstage du Hellfest en tête d’affiche que nous les retrouvons en 2015 ! Cependant, malgré ce statut, une grande partie du public semble rester assis à attendre. Etait-ce l’attente de Korn ou un manque d’entrain ? Nous ne le savons pas. En tout cas, les suédois semblent ne se déplacer que pour « faire le job », sans folie mais avec beaucoup de bla bla (comme au Bataclan il y a quelques mois). Le public ne bouge pas trop, le son sature, dommage pour ce groupe qui rends pourtant bien en album…

nofxOn vous a déjà parlé de la Warzone ? Oui, bien sûr, et c'est encore sur cette scène que le Hellfest nous procure de bonnes surprises. C'est le cas avec NOFX, les clowns du punk rock californiens. Alors oui, ça parle plus que ça joue mais c'est le gros kiff. Humour tour-à-tour acide, pipi caca, moqueur, NOFX nous fait rire en plus de sortir une heure de musique à la cool. Alternant punk rock et phases plus calme de reggae, le public est conquis !

Retour au death metal (mélodique) avec Arch Enemy. Comme pour Epica, nous sommes deux à dire que cela s'écoute mieux en album que en live. Mais le show vaut le coup d'oeil, notamment pour Alissa White-Gluz qui, en plus d'être une magnifique femme, parle français au public de sa délicate voix...

Après Epica en après-midi, les fans de metal symphonique sont comblés avec la presence de Nightwish pour clôturer ce Hellfest. Floor Jansen assure bien du côté de la voix comme du jeu de scène, et sait comment faire succomber son public. Avec une set list très épique, certains se verront aller terrasser les dragons sanguinaires venus du fond de la fôret finlandaise. Autant dire que c’est réussi !

cover hellfest

Autre groupe à clôturer le Hellfest, mais sur la scène du Temple cette fois-ci, les allemands d’In Extremo ont apporté une touche de folklore loin d’être déplaisant. Si ces derniers sont inconnus pour beaucoup de français, n’oublions pas qu’ils jouent souvent les places du top 50 outre-rhin ! Instruments classiques (flûtes, harpes, cornemuses…) et rythmes entraînants, rien de tel pour finir dans la joie et la bonne humeur cette 10e édition du Hellfest !

Leave a reply