Beats Solo Pro, le test

beats_solo_pro_box

L’évolution actuelle de la marque Beats n’est pas sans rappeler celle de Bose il y a quelques années. D’une marque orientée musiques urbaines avec grand renfort de basse, on évolue progressivement vers une marque réellement premium, avec une coloration sonore plus contrastée et un vrai sentiment de qualité.

Les Powerbeats Pro ont été une belle claque, et donc c’est assez enthousiastes que nous déballons le nouveau casque supra-aural côté de la même dénomination « Pro » : le Beats Solo Pro.

Un design digne de Beats

Première chose qui frappe sur ce Solo Pro, c’est la sensation de qualité qu’il s’en dégage. Les matières sont robustes et qualitatives, qu’il s’agisse de l’arceau en métal, des plastiques qui respirent la qualité ou le cuir des oreillettes.

Evidemment, le casque reste un joli accessoire, disponible en six couleurs vraiment réussies (bleu clair, bleu foncé, rouge, crème, noir ou gris) et arborant fièrement le « b » logo de la marque sur les oreillettes.

Le Beats Solo Pro se repli sur lui-même pour s’allumer / s’éteindre, et peut-être transporté dans une housse de rangement du plus bel effet.

beats_solo_pro_color

Une fois sur la tête, on apprécie la douceur et le confort des oreillettes qui ravira les amateurs de supra-aural. Petit défaut inhérent à cette structure, une pression assez forte sur les oreilles qui peut s’avérer inconfortable pour les porteurs de lunettes notamment. A l’usage, cet effet de « pince » s’atténue et le casque gagne donc en souplesse et confort. Il restera néanmoins difficile de le garder 8h sur les oreilles d’un bloc.

Des fonctionnalités dignes des meilleurs

La puce H1, le lightning… une filiation Apple assumée et réussie pour ce Beats Solo Pro

beats_solo_pro_pack

Depuis son rachat par Apple, Beats affirme de plus en plus sa filiation avec la marque à la pomme. Ainsi, au même titre que les Powerbeats Pro ou les AirPods Pro, on retrouve la fameuse puce H1 qui permet d’appareiller son casque rien qu’en l’ouvrant à proximité de votre iDevice favori. Il sera alors lié à votre compte iCloud, et donc accessible aussi facilement sur votre iPhone, que votre iPad ou MacBook.

La puce H1 vous permet également de bénéficier de l’activation à la voix de Siri en prononçant juste « Dis Siri ». Les Apple users seront comblés.

Pour les autres, évidemment le plaisir sera moindre, et le casque s’appareillera en bluetooth « classique » et l’assistant vocal s’activera en appuyant sur l’oreillette de droite.

beats_ajout_ios

Filiation Apple oblige à nouveau, le casque se recharge avec un câble lightning, et non USB (comme ses petits frères Powerbeats et AirPods). Si vous avez donc les produits de la pomme en horreur, cela vous fera hurler. Pour les autres, c’est un câble bien pratique que vous utilisez déjà partout !

On reprochera en revanche de ne pas pouvoir utiliser le casque en mode filaire. Encore une fois, on retrouve la patte « sans fil » d’Apple. C’est néanmoins dommage pour ceux qui comptaient utiliser le casque durant un long voyage.

Une réduction de bruit active dans les meilleures du marché

La grosse nouveauté de ce Beats Solo Pro, c’est évidemment l’ajout d’un ANC (Active Noice Cancelling ou réduction de bruit active dans la langue de Molière). Cet ANC est assez bluffant et n’est pas sans rappeler, au niveau de la performance, celui des AirPods Pro. De là à ce qu’Apple ait utilisé la même technologie, il n’y a qu’un pas que l’on peut franchir !

beats_solo_pro_boutons

Quoiqu’il en soit, en usage de déplacement (métro, urbain…), cet ANC est d’une belle qualité et vous permet de vous enfermer rapidement dans votre bulle. Si ce n’est peut-être pas le meilleur du marché, on est clairement dans le top des meilleurs, et c’est appréciable !

Enfin, tout comme les cousins AirPods Pro, le casque propose un mode transparence permettant d’entendre tout ce qui se passe aux alentours. Sans être aussi bluffant que sur les intra Apple, c’est toutefois brillant et efficace au quotidien, meilleur que lorsque que l’on désactive tout (là, le casque fait office de bon isolation du son ambiant).

Une autonomie de haut niveau

Le casque est vendu pour une autonomie de 22h en réduction de bruit active, 40h sans réduction ni mode transparence. Sur les tests réalisés, nous tenons clairement ces durées, ce qui est plaisant et clairement rassurant pour se préparer aux longues heures de voyage - ou de confinement.

On apprécie également la fonctionnalité de charge « Fast Fuel » qui permet de nous offrir 3h d’écoute en seulement 10 minutes de charge. Idéal pour rentrer du bureau quand on a oublié de recharger le casque !

Des commandes simples et efficaces

Niveau commandes, le casque est sobre et efficace. L’oreillette de droite cache sous son logo « b » un bouton qui permet de mettre en pause la musique, activer un assistant vocal, prendre un appel ou alors changer de chanson.

beats_solo_avec_housse

Au-dessus et en-dessous de ce bouton, on pourra régler le volume du casque.

Sous l’oreillette gauche, un petit bouton permet d’activer / désactiver la réduction de bruit active / le passer en mode transparence, ou alors complètement désactiver la fonctionnalité en cliquant deux fois dessus (ce qui permet de gagner en autonomie). Notez que ces actions peuvent être effectuées sur votre iDevice pour les Apple addicts.

La qualité audio du Beats Solo Pro

Bon, c’est bien beau tout cela, le casque est beau, bien fini, bourré de fonctionnalités… mais niveau musique, cela donne quoi ?

Nous allons réaliser les tests suivants sur des sources FLAC 16-bits / 44.1 kHz sur Qobuz.

Greta van Fleet - Anthem of the Peaceful Army - Watching Over : On est bluffé par le rendu. La scène est ouverte, les instruments bien découpés. La batterie est certes légèrement en avant, mais ce n’est que pour mieux apprécier la qualité de ses basses rondes. Les guitares et les voix sont punch et accrocheuses. Un plaisir de (re)découverte de cette mise à jour de son très 70’s.

Ozzy Osbourne - Ordinary Man - Ordinary Man : Difficile de se lasser de ce dernier opus du grand Ozzy. Petite chanson douce ici qui va nous permettre de tester la performance du casque sur les voix, et notamment celle de Sir Elton John. On apprécie une fois de plus une certaine pureté du son, où les basses sont en avant sans non plus écraser le reste du spectre. Une scène toujours très ouverte, précise. Les médiums sont bien mis en avant, rendant donc honneur au grand Elton (et à Ozzy dans une moindre mesure).

Max Richter - The Leftovers - Main Title : On passe au full instrumental avec le générique de la série The Leftovers composé par Max Richter. Les cordes sont très belles, et on ressent réellement la montée et l’émotion du morceau. Une belle réussite !

Billie Eilish - No Time to Die: Plus pop ici avec le thème du dernier James Bond. La voix de Billie Eilish est sublimée, en avant comme il le faut, avec un grand niveau de détails dans sa restitution. L’ambiance globale est parfaitement rendue par ces basses englobantes, mais sachant laisser la place aux médiums. Un univers pleinement restitué.

Joey Alexander - Countdown - City Lights: Plus jazz avec la jeune star du jazz. Une restitution réussie, où l’on commence à taquiner la finesse du casque (mais aussi la majeure partie des casques grand public non audiophiles). Le rendu est très bon, mais les émotions sur les médiums hauts et bas sont un peu en deçà, dénonçant la courbe plus en W du rendu du casque. Ainsi, on est assez dans la vision basse / médium / aigus, avec un manque de détails et de finesse entre chaque. Il fallait bien mettre en difficulté un peu ce casque !

2Pac - Changes: Passons sur le terrain de jeu historique des Beats… et on peut dire que l’on est en terrain conquis ! Le rendu hip-hop est excellent, les basses claques, les voix sont en avant avec bio. On ressent réellement la musique et on la vit. Les ingénieurs du son se font plaisir sur ce style qui convient parfaitement à la marque et à ce casque.

Iced Earth - Something Wicked This Way Comes - Watching over me: On termine avec un peu de métal, forcément. Sur cette « balade » du groupe Iced Earth, on découvre au début un beau rendu des voix et guitares, bien qu’un peu timide par rapport à ce que l’on a vu précedement. Une fois que les distorsions arrivent, le casque réussi à garder un peu de clarté, même si l’on sent bien que ce n’est pas forcément son terrain de jeu favori.

En conclusion, ce Beats Solo Pro confirme le virage de Beats qui passe d’une marque fashion pour musiques urbaines à une marque sur qui l’on devra compter à l’avenir dans le segment des casques premium. De belles matières, des fonctionnalités complètes, une ANC qui fera rougir beaucoup.

Niveau qualité musicale, c’est fini l’époque du « tout pour les basses », et le casque se montre tout-terrain, offrant un rendu qualitatif sur quasiment tous les styles. Alors oui, sa grand spécialité reste les musiques urbaines et pop, mais il tient la dragée haute à ses concurrents sur les autres styles.

Leave a reply